En matière de commerce international, BSH Hausgeräte GmbH mise sur les logiciels MIC pour la tarification douanière et la classification du contrôle des exportations

Tarification & Classification | Histoires de Succès | Contrôle des Exportations | 6 octobre 2015

Introduction d'une solution de groupe, centrale et standardisée, pour une tarification de produit efficace et une classification du contrôle des exportations.


Entretien avec

Thomas Nöbel, chef du service coordination IT pour le domaine taxes et douanes (CTC-IN) chez BSH Hausgeräte GmbH, à propos de l'introduction de MIC CSS pour une tarification douanière centrale et standardisée et une classification du contrôle des exportations.

 

BSH Hausgeräte GmbH - L'entreprise

BSH Hausgeräte GmbH est le premier fabricant d'électroménagers en Europe et l'un des leaders mondiaux du secteur. Le Groupe est issu du joint-venture créé en 1967 entre Robert Bosch GmbH (Stuttgart) et Siemens AG (Munich). Depuis janvier 2015, BSH appartient exclusivement au groupe Bosch. En 2014, Le chiffre d'affaires de BSH atteignait les 11,4 milliards d'euros. BSH possède à ce jour 43 usines implantées dans 13 pays en Europe, aux États-Unis, en Amérique latine et en Asie. Avec son réseau de sociétés de distribution et de service après-vente, le groupe compte près de 80 sociétés dans 50 pays et emploie environ 53 000 salariés.

Le portefeuille produits englobe une gamme complète d'électroménagers modernes. Cela va des cuisinières, fours et hottes aspirantes, en passant par les lave-vaisselles, lave-linges, sèche-linges, réfrigérateurs et congélateurs, jusqu'aux petits électroménagers (Consumer Products) comme aspirateurs, cafetières automatiques, bouilloires électriques, fers à repasser et séchoirs à cheveux.

Source : http://www.bsh-group.de

 

Plusieurs systèmes, des processus divisés et les problèmes en résultant pour BSH

La détermination et l'utilisation uniforme d'une tarification douanière correcte ainsi qu'une classification du contrôle des exportations pour un produit est la tache fondamentale et souvent la plus ardue en commerce international. Il s'agit d'un point essentiel de la conformité d'entreprise et d'un facteur-clé décisif pour le calcul des droits de douane et pour le respect des réglementations de conformité dans l'ensemble de la chaine d'approvisionnement.

Or, le fait est que tous les jours, de nombreuses personnes appartenant à différents domaines d'une entreprise prennent des décisions en matière de tarification et classification qui engendrent très souvent une charge de travail élevée et un manque d'uniformité pour les mêmes produits dans la tarification douanière et la classification du contrôle des exportations.

Chez BSH, une situation similaire a pu être observée. La tarification et la classification de nombreux produits étaient effectués sur différents systèmes SAP et réalisées par différentes personnes. Les outils développés par le client lui-même dans le système SAP pour la tarification & classification de produit n'étaient pas à même de résoudre le problème à long terme.

Indépendamment de cette problématique, BSH travaillait déjà sur une stratégie commerciale globale dans le but d'introduire des processus centraux et standardisés pour le commerce extérieur, au sein de l'entreprise. Le service central de taxes et douanes chez BSH avait alors pour tache de sélectionner le fournisseur de logiciel adéquat pour l'implantation de la stratégie commerciale globale.

 

Pourquoi BSH a choisi MIC

Les recherches de BSH se sont concentrées sur l'idée d'un partenaire global et non uniquement d'un simple fournisseur de logiciel. Quelqu'un offrant la possibilité de développements ultérieurs aussi bien dans la fonctionnalité que dans la couverture géographique. Pour BSH, il était en l'occurrence important d'avoir non seulement une "boite avec un software" à disposition, mais aussi de créer ensemble une solution basée sur les technologies de l'information, conforme aux exigences des processus de l'entreprise.

Thomas Nöbel, chef du service coordination IT du service central des taxes et douanes, relate : "MIC disposait déjà d'un système prêt à l'emploi pour la tarification de produit et la classification du contrôle des exportations implanté dans de nombreux pays. Il était fondamental que la tarification de produit et la classification du contrôle des exportations, qui sont en définitive interdépendantes, puissent être effectuées à l'échelle internationale dans un seul et même système, et garantir l'absence de rupture dans le traitement qui peut de ce fait être exécuté rapidement par une seule et même personne dans un seul et même système . Dans le cadre du processus de distribution, cela signifie pour nous entre autres que les deux informations sont disponibles dans les meilleurs délais (par ex. établissement de relations commerciales) et toujours actualisées. Cela nous permet de disposer en retour une période d'action importante. Et c'est MIC qui a alors présenté le concept le plus convaincant."

Thomas Nöbel ajoute : "MIC offre en outre la gamme complète de solutions GTM sur une seule plateforme IT et nous fournit alors la possibilité d'incorporer dans le futur d'autres solutions de commerce extérieur déjà utilisées (par ex. pour le développement des importations et exportations, origine des marchandises et préférences) et de centraliser et standardiser notre stratégie commerciale internationale de manière compétente. MIC était pour nous le fournisseur présentant l'intégration maximum des différents thèmes de commerce extérieur sur une plateforme, l'internationalité la plus importante et offrant la flexibilité nécessaire pour des développements futurs au sein de BSH."

 

Les expériences de BSH avec MIC

Le facteur de réussite primordial d'un projet est la qualité de la documentation générale des exigences de client et son application dans une planification de projet réalisable dans les délais. BSH et MIC ont été parfaitement complémentaires dans ce domaine, les deux ont adopté une approche de projet très pragmatique dans très bon climat de communication et de partenariat, tout en faisant preuve d'une grande flexibilité.

"Tout ce qui devait fonctionner a fonctionné, et ce, dans les délais établis. Non seulement MIC a respecté les échéances, mais aussi le budget et le champ d'action", observe Thomas Nöbel avant de continuer son récit : "La solution MIC implantée a déjà été utilisée dans des tests pour effectuer le nettoyage de données en vue du fonctionnement réel pour améliorer la qualité des données de base. Le règlement put être simultanément élargi et amélioré. Pour nos collaborateurs ce fut un entrainement profitable sans être en direct qui a cependant permis d'obtenir des résultats de travail exploitables de manière productive. Les processus purent alors déjà être optimisés, même si cela n'était pas prévu, mais MIC s'est montré très flexible et savait comment s'y prendre."

Thomas Nöbel insiste notamment : "MIC s'est concentré sur BSH et ses problèmes et a trouvé les solutions dont le succès dépendait. La communication se fait en premier lieu sur les processus de l'entreprise c'est-à-dire que nous avons une nécessité issue d'un processus d'entreprise et il existe une documentation de processus détaillée de BSH sur la base de laquelle MIC met à disposition ou adapte une solution liée aux technologies de l'information. Nous avons en fait peu parlé de logiciels, mais plutôt des actions et de leur capacité à être représentées et dans quelles conditions. ll est à mon sens très important que le résultat soit capable de couvrir idéalement le processus d'entreprise à 100 % et que les utilisateurs se 'déplacent' dans les processus d'entreprise dans le cadre de leurs activités quotidiennes et non dans un logiciel. Les discussions n'ont finalement pas longtemps porté sur ces défis, mais sur la prise de décision concernant la manière de les surmonter. Il était également extraordinairement avantageux que MIC se soit efforcé de n'avoir qu'un seul interlocuteur consacré à BSH, se portant responsable de la vue d'ensemble du statut de l'ensemble du projet. Ce principe de 'One Face to the Customer' a également été maintenu par MIC jusqu'à la fin, ce qui fut très agréable."

 

Quels sont les changements que BSH a pu observer avec l'introduction de la solution MIC, quels sont les avantages ?

BSH mise à l'heure actuelle sur les variantes de solution MIC suivantes, pour une tarification de produit centrale, standardisée et efficace et pour la classification du contrôle des exportations :

  • MIC CSS CTC pour la tarification de produit et MIC CCS ECC pour la classification de produit
  • Les deux pour l'Allemagne avec un lancement de projet déjà réussi en Pologne
  • La solution a été implantée en tant que modèle de " Software as a Service " (Logiciel en tant que service) avec des interfaces vers le système SAP de BSH, incluant des interfaces de retour pour les articles tarifés et classés dans MIC CCS. Dans le détail, cela signifie qu'il y a des interfaces d'articles entrantes et des interfaces de retour d'article sortantes, qui restaurent les données accumulées dans MIC CCS dans le système SAP de BSH.
  • Une particularité qu'il convient de mentionner est la nouvelle mise à disposition de la transmission de tarification à auto apprentissage basée sur des " Matching-Rules " (règles de correspondance), qui offre à des articles devant être à nouveau tarifés des propositions de tarification sur la base de l'article déjà tarifé.
  • Les règles de sélection sont aussi appliquées dans le cas où la " Matching Rule " mentionnée ci-dessus ne fournisse pas de résultats appropriés. Lors de la tarification, cela signifie d'une part l'affectation directe de numéro de tarif douanier à l'article en cas de conformité, ou bien l'exclusion de la tarification automatisée. De telles instructions d' " Exclude " et d'exclusion sont applicables pour des articles qui doivent impérativement être tarifés par des collaborateurs spécialisés.
  • La logique des règles de sélection est utilisée également pour la classification du contrôle des exportations en vue d'effectuer une présélection d'articles relevant du contrôle des exportations et pour déterminer des articles relevant potentiellement du contrôle des exportations pour la vérification ultérieure.

"Avec le système central de tarification et de classification de MIC, nous sommes désormais en mesure de pouvoir doter nos produits d'une tarification douanière correcte et d'une classification du contrôle des exportations à l'échelle internationale" souligne Thomas Nöbel avant d'ajouter : "Avec cela, nous disposons d'une solution de groupe centrale sur le plan technique et professionnel avec une grande transparence et notamment de processus standardisés, automatisés et contrôlés."

D'un point de vue organisationnel, le concept de solution MIC soutient pleinement la stratégie commerciale globale de BSH. Les presque 750 000 articles de BSH peuvent grâce à cela être tarifés et classifiées avec exactitude et un investissement moindre, et ce, à travers un centre d'assistance au commerce extérieur (FTSC) en Pologne pour l'Allemagne et l'Union européenne.

Thomas Nöbel précise : "Pour l'Allemagne et les pays d'Europe sélectionnés, le FTSC polonais fournit les tarifications et classifications standards, pour les autres pays d'Europe, des propositions de tarification et de classification seront fournies aux organisations régionales de BSH, qui prennent alors les décisions finales en matière de tarification et de classification. Le haut niveau d'automatisation représente pour nous un soulagement considérable, garantit notre conformité et nous prépare aux audits des autorités compétentes. BSH utilise en l'occurrence la fonctionnalité de tarification transversale, qui permet la tarification et classification d'un article pour un nouveau pays sur la base de la tarification et classification d'un article déjà effectuée dans un autre pays."

"Et la solution a un autre effet secondaire" : témoigne Thomas Nöbel, "Dans le cadre de notre organisation mondiale commerciale cette solution a été présentée, en règle générale de telles extensions provenant des secteurs centraux sont toujours soumises au jugement critique des organisations locales, dans notre cas nous ne pouvons à peine échapper aux 'clients', toutes les organisations locales veulent y participer, cela en dit long!"

 

Quelle sera la suite?

Le lancement de la solution MIC CCS existante est déjà en cours d'étude pour la tarification et la classification de produit dans d'autres pays. Il existe un projet d'extension de MIC CCS vers la Pologne, suivi d'une implantation prévue pour toute l'Union européenne. Un déploiement pour une implantation hors de l'Union européenne, à savoir mondiale, est également à l'ordre du jour.

Il n'a pas encore été évoqué qu'une variante de OCS SCS (Supply Chain Solicicitation) est déjà utilisée chez BSH. OCS SCS aide BSH dans le cadre de la demande des déclarations à long terme de fournisseur, qui constituent un élément essentiel pour le calcul de l'origine préférentielle.

En conclusion, Thomas Nöbel donne son avis sur l'utilisation d'autres modules MIC : "La grande flexibilité des modules MIC et leur large couverture spécialisée (GTM Suite) recèlent un potentiel non négligeable pour l'instauration globale d'un centre d'assistance au commerce extérieur chez BSH."


Retour